Parachat Vayichla’h

Facebooktwitterlinkedinmail

 Parachat Vayichla’h

 

On raconte qu’une fois le ‘Beth-Halévi’ (Rabbi yossef Dov de Brisk, père de la dynastie des Brisk, qui était considéré comme un des plus grands de sa génération) tapa à la porte d’un bienfaiteur juif, au milieu de la nuit, alors qu’il faisait très froid dehors, pour y être reçu jusqu’à matin. Ce dernier, ne connaissant pas l’identité du Rav refusa. Après maintes insistances, il accepta de le faire rentrer, mais lui proposa de dormir par terre près de la chaudière, d’une manière très déshonorante.

Plus tard, dans la nuit, on frappe à nouveau à la porte. Cette fois-ci, c’était un des grands Admourim  de la génération. L’hôte le fit entrer ainsi que ses disciples. Il alluma toutes les lumières de la maison, et prépara un grand repas en son honneur. Au milieu du repas, l’Admour remarqua qu’un homme était allongé par terre. Il fit signe à un de ses élèves d’aller l’inviter à se joindre au repas. Lorsque l’élève s’approcha de la chaudière, il reconnut l’homme qui était allongé par terre, et se mit à crier : « c’est le Beth-Halévi !!».

Le maître de maison présenta ses excuses au Beth-Halévi, et prétexta qu’il ne connaissait guère l’identité du Rav.

Le Rav lui répondit : « Saches, que lorsque les frères de Dina revinrent des champs, et qu’ils entendirent ce qui était arrivé à leur sœur (qu’elle avait été violée), le verset précise :’…et cette chose ne doit jamais être faite’, pourquoi le verset a-t-il rajouté cet élément, que nous apprend-il ?

La réponse est, qu’à cette époque, tous les peuples avaient accepté de se tenir à l’écart de toutes les formes de débauches, et il était donc interdit pour eux de commettre un viol sur n’importe quelle personne. Les fils de Yaakov résonnèrent contre Chékhèm (l’auteur de l’agression) de la manière suivante. Si le viol est autorisé chez les Goyim, et toi tu ne savais pas que cette fille était juive, tu es donc dispensé pour cas de force majeure. Mais maintenant que même les Goyim n’ont pas le droit de faire un acte pareil, tu es passible même sur une juive !

Le Beth-Halévi conclut : Si on a le droit de recevoir de cette façon un simple juif, et juste envers le Beth-Halévi il est interdit de se comporter de cette façon, tu as donc raison, car tu n’as pas reconnu le Beth-Halévi. Mais comme il est interdit de recevoir n’importe quelle personne de cette façon, tu es coupable même sur le Beth-Halévi !! »

On peut grâce à ce fondement, comprendre comment après cent vingt ans de vie, Hachem va venir demander  à chacun d’entre nous de lui réciter toutes les pages du Talmud, sommes-nous à la hauteur de connaitre tout le talmud par-cœur ?  

La réponse est, qu’Il va nous demander de lui réciter une page, mais si nous ne la connaissons pas, nous serions passibles sur tout le talmud….

Qu’Hachem  nous aide à remplir notre mission, (au moins) selon nos moyens.

 

Halaha : Avant de réciter le texte de Vayh’oulou, on rajoute les mots « Yom Hachichi », car grâce à ces deux mots, les lettres initiales des quatre premiers mots forment le nom d’Hachem. (יום השישי ויכולו השמים)

Celui qui dit le Kidouch doit prendre le verre avec ses deux mains, pour montrer que la Mitsva du Kidouch est chère à ses yeux. Ensuite il le tient avec sa main droite uniquement.

D’après la Kabala, le pied du verre doit reposer sur la paume de la main, et les doigts doivent entourer le verre. 

    

                                                         Chabbat Chalom

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *