Parachat Nasso

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat  Nasso

 

Dans la Paracha de cette semaine, se trouve entre autres, un verset qui ne s’affiche pas mais qui contient un message très fondamental. Dans le chapitre 5, verset 10 ,le texte dit: « Et un homme, ses offrandes seront à lui ; et celui qui donnera au Cohen, cela lui appartiendra. » Rachi rapporte les paroles du Midrach qui explique le verset de la façon suivante : « Celui qui se retient de donner la dime de ses revenus à la tsédaka ; la dime sera pour lui, c’est-à-dire que ses revenus s’amoindriront et il ne touchera comme salaire que le dixième de ce qu’il touchait. »

On apprend de là, combien la charité et l’aide envers autrui est importante. On apprend également la gravité des conséquences qui peuvent s’abattre sur l’homme qui prive les pauvres ou le Cohen de la part qui leur revient.

Ce verset peut se lire également  d’une deuxième lecture : « Et un homme, ses offrandes- qu’il a fait au courant de sa vie- seront pour lui- elles seules lui sont gardées dans le monde futur. »

Le Rav Lévinchtein raconte son histoire personnelle qui illustre le mérite que l’on peut recevoir sur un acte de Guémilout-hassadim, qui ne peut nous laisser indifférent.

Le jeudi 23 Av 5739, son oncle Rabbi Moché Lévinchtein maria sa fille. Deux jours plus tard, Chabbat 25 Av 5739, avait lieu le ‘Chabbat Hatane’. Sa mère, 53 ans, qui était déjà veuve, décida d’aller passer le Chabbat dans le quartier où se passait ce fameux  ‘Chabbat Hatane’. Sa mère fut accueillie chez une amie, Mme Moyal. Rav Shlomo Lévinchtein, alors âgé de 22 ans, logeait proche de chez sa mère. Il alla prier, Chabbat matin, dans sa synagogue habituelle. Pendant la prière, son beau-père vint lui annoncer que sa mère était décédée pendant la nuit. Elle s’était sentie mal à une heure moins quart du matin, et avait alerté Mme Moyal son amie. Avant même que l’ambulance n’arrive elle avait rendu son âme au créateur, à une heure du matin !

Pendant les sept jours de deuil, son frère lui raconta, qu’après la toilette de pureté faite au défunt, il avait demandé à sa mère de venir lui raconter pourquoi elle était partie de ce monde tellement jeune !!

Avant de poursuivre, le Rav devance trois petites préfaces.

1) Ses parents étaient de grands BaaléHessed. Ils n’étaient que quatre frères et sœurs, mais ses parents firent grandir seize autres enfants dans leur maison.

2) A sa naissance, sa mère traversa un danger de mort, mais par miracle ella s’en sortit. 

3) Sa mère mourut le 25 Av 5739, à une heure du matin, et le Rav Lévinchtein naquit le 25 Av 5717 à une heure du matin, 22 ans plus tôt.

 

Après les sept jours de deuil, la demande de son frère fut acceptée. Sa mère voit son frère dans le rêve et lui dit : « Sache, qu’à la naissance de Shlomo, je devais mourir. Mais les anges Célestes demandèrent clémence devant le Tout puissant, et dirent : « Une femme qui fait tellement de bien avec les autres, peut-elle mourir si jeune ?! » Hachem, dans sa miséricorde me rajouta 22 ans de vie ! »

Il est intéressant de noter que le Talmud rapporte une histoire semblable à la nôtre, dans le traité de Baba Batra (page 11). Au temps du Beth Hamikdach vivait un homme très pieux nommé Binyamine le saint. Il était le responsable de la caisse de charité. Une fois, une mendiante se présenta à lui, et lui demanda de l’aider, elle et ses sept enfants. C’était une année de famine, et la caisse de Tsédaka était vide, il ne put qu’être dans l’impossibilité de lui venir en aide. Il lui jura au nom du Beth Hamikdach que la caisse était vide. Elle lui dit : « Rabbi, si tu acceptes de nous nourrir maintenant, c’est bon, sinon, sache qu’une femme et ses sept enfants mourront de faim ! » Il prit sur lui de la prendre en charge de son propre argent !

Quelques jours après, il tomba malade et était proche de mourir. Les anges dirent à D… : « Tu as écrit dans ta Thora ‘tout celui qui sauve une âme d’Israël est considéré comme s’il avait sauvé un monde tout entier’, et Binyamine le pieux a fait vivre une femme et ses sept enfants, doit-il mourir si jeune ?  »

Hachem leur répondit : « Rajoutez lui 22 ans de vie !! »

Que par le mérite de notre bonté envers les autres, Hachem nous accorde toujours toutes les bénédictions, Amen.

 

Halaha : Les lois qui concernent  les repas de Chabbat.

Chaque juif a l’obligation de faire trois repas au courant du Chabbat, un le soir et deux en journée. Les sages rapportent une allusion à ces trois repas, du fait de  la répétition du mot ‘aujourd’hui’ à trois reprises dans le verset, comme il est dit : « Et Moché dit (au peuple) mangez la Manneaujourd’hui, car aujourd’hui c’est le Chabbat en l’honneur d’Hachem,aujourd’hui vous ne la trouverez pas dans le champ… ». Les femmes sont concernées par cette Mitsva, même qu’en général elles sont exemptées des commandements qui dépendent du temps.            

                

      

                                                        Chabbat Chalom 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *