Parachat Béhaalotekha

Facebooktwitterlinkedinmail

 Parachat    Béhaalotekha

 

 

Le Midrach raconte que lorsque Ménaché, qui était roi d’Israël, fut capturé par ses ennemis, ces derniers le firent souffrir. Pour comprendre de manière plus juste la suite de ce Midrach, il est important de préciser que Ménaché était un roi impie. La Michna à la fin du Traité de sanhédrin rapporte que trois rois d’Israël n’auront pas de part au monde futur, un d’entre eux est Ménaché. En effet, une de ses graves fautes est qu’il fit entrer une idole dans le Beth Hamikdach.

Le Midrach continue et dit que ses ennemis fabriquèrent un chaudron de cuivre, sur lequel ils percèrent plein de petits trous. Ils l’introduisirent à l’intérieur et le mirent sur le feu. Lorsque Ménaché comprit le malheur   dans lequel il se trouvait, il s’adressa à toutes les idoles et à tous les dieux qu’il avait servis, il resta sans réponse. Il implora toutes lesavodot zarot qu’il avait servies, sans succès. Lorsqu’il sentit sa fin arriver, il se rappela d’un verset que son père lisait souvent. Ce verset dit: « Lorsque viendront sur toi tous ces malheurs, tu reviendras vers D… ».

Il décida d’implorer D…, mais il fixa avec lui-même l’interprétation suivante -’Si D… me répond, je le reconnaîtrai, et sinon, Il est pour moi comparé à toutes les idoles, car Lui non plus n’est pas capable de me sauver’.

Les Anges Célestes se mirent à fermer toutes les portes du Ciel pour que sa prière soit rejetée. Ils s’adressèrent à D… et lui dirent : « Maitre du Monde ! Un homme qui a fait entrer une idole dans ton Sanctuaire  peut–il accéder à la Téchouva ? Hachem leur répondit : « Si Je ne l’accepte pas, la porte sera fermée pour tous les autres repentants ! »  Que fit Hachem ? Il créa une petite trappe au-dessous de Son Trône, et Il accepta par cette issue la prière de Ménaché.

Ménaché a prétendu dans son approche Céleste, que si D… n’est pas capable de recevoir et de répondre à la prière de toutes Ses créatures, même les plus mécréantes, Son pouvoir n’est quelque part pas infini. En d’autres termes, si Hachem bloque sa relation avec l’être humain parce qu’il faute, Il n’est pas le D… infini et sans limites (si on peut s’exprimer ainsi) comme Il s’est présenté aux hommes.

En parallèle, on trouve la prière de Moché dans notre Paracha.  Moché Rabénou, dans son immense modestie, n’a jamais utilisé cet argument au cours de ses supplications à Hachem. En effet, lorsque Myriam (sœur de Moché) fut atteinte de la lèpre, Moché implora le Tout Puissant de guérir sa sœur. Sa prière, très connue et également utilisée jusqu’à nos jours, présentait un caractère très particulier :’El na réfa na la’, qui signifie : « De grâce ! Éternel ! Guéris-la ! »

Moché nous a appris que même dans un moment de détresse, l’homme doit se rappeler de sa proximité avec Hachem et s’adresser  à Lui avec douceur.    

Le Midrach raconte également que lorsque Moché Rabénou  réalisa, à la fin de ses cent vingt ans, qu’il ne pourrait échapper à la mort, il se remit à D… et prononça le verset : « Le Puissant Rocher, qui est irréprochable dans son action, et que ses démarches sont loyales… »

La prière est là pour nous rapprocher de D…, et non pas pour nous mettre en affrontement par rapport à Lui.

Halaha : Il existe deux raisons pour lesquelles les femmes sont concernées par l’obligation des trois repas de Chabbat, alors qu’en général elles sont exemptées des commandements qui dépendent du temps.

La première : Car les femmes ont également mangé la manne dans le désert, elles sont donc concernées par le verset qui mentionne par trois fois le terme d’« aujourd’hui ». La deuxième : C’est écrit : ‘zakhor véchamor ‘, tout celui qui est concerné par le Chamor-respecter le Chabbat, est concerné par le zakhor- Kidouch et séouda.                  

 

                                     

                                                            Chabbat Chalom

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *