Parachat Massé

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat  Massé

 

La Thora recense les déplacements des béné Israël dans le désert, qui étaient au nombre de quarante-deux. L’un d’entre eux le verset dit: « Ils (les béné Israël) quittèrent le désert du Sinaï, et campèrent dans (l’endroit) les tombes du désir. »

 A la fin de la Paracha de Balak, le verset dit : « Le peuple d’Israël s’installa à Chittim, les gens commencèrent à se livrer à la débauche. » En effet, ceux qui avaient fauté moururent là-bas, et on appela cet endroit ‘les tombes du désir’.

Le Or Ha’haïm Hakadoch demande : Pourquoi la Thora a-t-elle mentionné le nom de l’endroit dans lequel les Béné Israël avaient fauté (Chittim), qu’importe l’endroit où les fautes ont eu lieu?

Il répond que la Thora est venue nous apprendre la raison pour laquelle les gens d’Israël avaient fauté. Chittim vient du terme ‘tiyoul’, comme explique Rachi dans la Paracha de Béhaalotekha sur le verset « acherchatou haam », que le terme de Chaït signifie Tiyoul, qui veut dire partir en vacances, partir en sortie etc….

Le texte est venu nous apprendre qu’à l’endroit précisément où les béné Israël partirent un peu se promener, faire des vacances, se distraire du quotidien, là-bas se trouvait la source de leurs fautes.

On trouve la même idée dans le livre d’Iyov (Job). Hachem demanda au Satane : « D’où viens-tu ? ». Le Satane lui répondit : (job 1,7) « …, D’une promenade sur la terre, d’une sortie… ». Pour nous faire sous-entendre que le Yetser harah puise ses forces des distractions ici et là des êtres humains. Ceci rejoint les enseignements du Or Ha’haïm, à savoir que l’accroissement  et la multiplication des vacances et des sorties constituent la source de réussite de l’action du Satane.

Une très belle allusion à cette idée se trouve dans le livre de Béréchit. Le verset dit dans la Paracha de Vayéchèv : (chap.38, vers.21) « … Ou se trouve la femme de rue ? Elle se trouve devant les yeux sur le chemin… » ‘Ou se trouve la femme de rue’  vient faire allusion à ‘où se trouve la porte de la faute’. Et la Thora répond : « Elle se trouve en vacances, dans les sorties, dans les hôtels etc…. »

Revenons à notre verset : « Ils (les béné Israël) quittèrent le désert du Sinaï, et campèrent dans (l’endroit) les tombes du désir. » Lorsqu’on quitte l’endroit de la réception de la Thora, les endroits d’étude et de prières, on arrive où ? « …et campèrent dans (l’endroit) les tombes du désir.»

Si pendant la période de vacances le juif ne s’accroche pas à poursuivre son étude et ses prières comme il se doit, il est susceptible de trébucher et de perdre un patrimoine spirituel déjà acquis.

Les vacances sont un élément positif si elles sont prises avec discernement, avec les paramètres  strictement conformes à celui de la Thora, sinon il est préférable de s’en abstenir.

 

Halakha : Quelqu’un qui ne dispose pas de deux pains entiers pour la bénédiction du Motsi :

1) S’il dispose d’un seul pain entier, il fera le Motsi sur le pain entier auquel il ajoutera un pain entamé, de manière à faire la Bérakha sur un pain et demi. Il consommera évidement le pain entier en premier.

 2) S’il ne dispose d’aucun pain entier, il fera le Motsi sur deux pains entamés.

L’obligation de se procurer deux pains entiers pour le Motsi ne compromet pas la Mitsva du repas de Chabbat. Par conséquent, même celui qui ne dispose que d’un bout de pain, aura le devoir d’accomplir la Séouda de Chabbat. 

 

    

                                                          Chabbat   Chalom

                

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *