Parachat Vaéra

Facebooktwitterlinkedinmail

  Parachat Vaéra

 

Dans la Paracha, Hachem demande à Moché de donner son bâton à Aharon pour qu’il le jette devant Paro, afin que celui-ci se transforme en serpent. Et le Midrach raconte que Paro fit amener des enfants âgés de quatre et cinq ans, qui firent le même miracle que celui d’Aharon. Plus encore, Paro fit amener sa femme qui transforma également un bâton en serpent devant Moché et Aharon. Puis Paro se mit à rire, et leur dit : « Vous amenez un peu de paille, dans notre grange à paille !? »

Quel était l’intérêt de produire ce miracle, s’il ne produisit aucune sensibilisation chez Paro et ses serviteurs ?

Pour comprendre la raison de ce miracle, il est nécessaire d’introduire une petite préface. Le Rambam demande : Pourquoi Hachem a-t-il puni les Egyptiens et leur a envoyé les dix plaies, et il les a noyés dans la mer ; ces derniers n’ont fait qu’accomplir le décret d’Hachem prononcé dans l’alliance de ‘bèn Habétarim’, dans laquelle Hachem décréta que les Béné Israël allaient être exilés dans un pays étranger, et qu’ils seraient asservis par les habitants de ce pays ?

Le Raavad répond : « Hachem décréta qu’ils allaient les asservir, mais les Egyptiens les asservirent durement, et ils les firent mourir, et ils les noyèrent… »

Il en ressort, que si les Egyptiens s’étaient contentés d’accomplir le décret d’Hachem uniquement, sans y rajouter de zèle, ils n’auraient pas été punis.

C’est précisément sur ça qu’Hachem est venu les mettre en garde. Le miracle du bâton est venu leur apprendre qu’ils devaient se contenter de jouer le rôle de bâton. Lorsqu’un homme tape avec un bâton, ce dernier ne rajoute strictement rien dans la force du coup, il transmet minutieusement la puissance du coup portée par le frappeur. Les Egyptiens, eux, s’étaient transformés de bâton en serpent. Quel est l’image du serpent ? La Guémara raconte qu’à la fin des temps, tous les animaux se rassembleront autour du serpent, et lui demanderont : «  Le loup attaque et mange, le lion attaque et se nourrit, toi quel intérêt as-tu à piquer ?   

Les Egyptiens ont été comparés au serpent, car eux aussi faisaient travailler  les Béné Israël sans y tirer de profit. Comme ce que dit la Guémara que les deux villes que les Béné Israël construisirent s’appelaient ‘Pitome et Ramsès’ ; Pitome : Car la terre engloutissait toutes les constructions, (פי תהום), Ramsès : Chaque premier immeuble s’effondrait, (ראשון מתמוסס).

Le message du bâton qui se transforme en serpent est maintenant très clair. C’était pour faire allusion à Paro et à ses serviteurs, qu’au lieu de se contenter de faire la mission du bâton, ils ont fait la mission du serpent qui pique et ne tire pas de profit, car les Egyptiens ont fait travailler les Béné Israël très dur et n’ont tiré aucun profit de cela.

Et pour conclure, le bâton d’Aharon dévora tous les autres bâtons, et il garda se taille initiale,  pour mettre en garde Paro, qu’Hachem allait frapper  l’Egypte d’une manière tellement forte qu’il n’allait plus rester de souvenir de la période de l’esclavage, à la manière du bâton sur lequel on ne pouvait entrevoir aucun signe d’élargissement du fait d’avoir englouti tous les bâtons.

 

Halaha : Il est interdit de parler entre la bénédiction et la consommation du vin. Si quelqu’un a parlé par inadvertance ; si les paroles concernent le sujet du Kidouch, il boira tout de suite sans refaire la bénédiction. Si les paroles ne concernent pas le sujet du Kidouch, il devra refaire la bénédiction sur le  vin, et boire, mais il ne doit pas refaire la bénédiction du Kidouch.         

 

                                                           

                                                         Chabbat Chalom

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *