Parachat Pékoudé

Facebooktwitterlinkedinmail

 Parachat   Pékoudé

 

Tout de suite après la fin de la construction du Michkan, la Thora nous révèle le décompte exact des donations qui furent apportées pour édifier le sanctuaire. Pourquoi est-ce que Moché Rabénou vit l’utilité de dévoiler publiquement le montant de toutes les sommes qui avaient été apportées au sanctuaire ?

Le Midrach explique que lorsque Moché sortait de chez lui pour rentrer dans le Michkan, les gens l’observaient et l’analysaient. Certains parlaient de lui en bien : « Heureuse est celle qui l’a enfanté ! Chaque jour de sa vie il communique avec Hachem ! ». D’autres parlaient de lui en mal : « Regarde son cou, regarde ses jambes ! Il se nourrit de l’argent des juifs, il boit de l’argent des juifs, tout ce qu’il possède appartient aux juifs en réalité ! » Son ami lui rétorquait : « Que veux-tu ! C’est lui qui a dirigé toute l’opération de la construction du Michkan, n’est-il pas normal qu’il se soit enrichi ? ». Lorsque Moché les entendait parler, il s’adressait à eux et leur disait: « Dès que le Michkan sera terminé, je publierai le décompte exact de toutes les opérations ! » C’est ce que dit le verset : « Voici les comptes du Michkan ». (Fin de citation)

Comment est-il possible que les gens aient pu soupçonner Moché Rabénou d’être un voleur, le Midrach parle-t-il de gens fous ?

On apprend d’ici, dit Rabbi Chlomo Lévinchtein, un principe fondamental : Chaque homme voit le monde selon ses propres yeux. Une fois, Rabbi Yohanane Salomone se promenait dans le marché Arabe de Yafo, et il vit un coiffeur et un cordonnier qui discutaient en prenant un café. Ils étaient les deux assis sur des tabourets, sur le côté de la rue. Lorsqu’il s’approcha d’eux, chacun d’eux fixa son regard dans une direction différente : Le cordonnier regarda vers le bas, le coiffeur regarda vers le haut. Après un bref instant le Rav comprit. Lorsqu’un coiffeur regarde quelqu’un, il concentre toujours son regard sur ses cheveux… Lorsqu’un cordonnier regarde une personne, il  fixe tout de suite ses chaussures…

Si on faisait rentrer un électricien et un menuisier dans une Synagogue, on remarquerait que l’électricien donnera son avis sur l’éclairage, alors que le menuisier constatera l’état des tables et des chaises, et tout cela sans se concerter.

Rabbi   Mordéhay Man explique que c’est également la raison pour laquelle les bébés mettent tout ce qu’ils touchent dans la bouche. En effet, dans le monde de l’adulte, chaque objet a son utilité, les livres pour étudier, la nourriture pour manger, les habits pour s’habiller. L’adulte comprend donc que chaque chose a son propre but. Le nourrisson, par contre, pense à une seule chose : manger. Selon sa vision, chaque chose qui se trouve proche de lui a un seul but : Etre mangé. C’est pour cela qu’il met instantanément  les différents objets qu’il attrape dans sa bouche…

Les gens qui parlaient en mal de Moché rabénou, faisaient refléter leur vision personnelle du monde. Celui qui a une vision négative des autres, dénigrera même Moché Rabénou…..

Ce n’est qu’en changeant notre vision personnelle sur le monde, que nous arriverons à voir la facette positive de ceux qui nous entourent.

 

Halaha : Toute personne qui souhaite manger le Chabbat en journée, a l’obligation, avant de commencer à consommer quoi que ce soit, de réciter le Kidouch du jour. Celui-ci est composé de la bénédiction sur le vin, ainsi que du passage de véchamérou et des versets qui varient selon les usages. Cependant le seul composant obligatoire de ce Kidouch est : la bénédiction sur le vin. Les femmes sont également tenues de réciter le Kidouch de la journée. Le Kidouch du jour doit être réalisé à l’endroit où l’on fait le  repas. 

 

                                                           Chabbat Chalom 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *