Yom Yéroushalaïm et Coronavirus

Facebooktwitterlinkedinmail
Les vestiges de la cité de David à Jérusalem ©Noam Chen for the Israeli Ministry of Tourism
Les vestiges de la cité de David à Jérusalem ©Noam Chen for the Israeli Ministry of Tourism

Aujourd’hui, jeudi 21 mai 2020, nous sommes le 27 Iyar.

Chaque année depuis plus de cinquante ans, le 28 Iyar commémore la libération de Jérusalem, lors de la bataille de 1967. C’est une journée de joie et de défilés, pendant laquelle, selon de nombreuses opinions, on ne récite pas les Ta’hanounim (supplications) dans la prière.

Les fêtes de rue et rassemblements populaires peuvent se prolonger tard dans la soirée. Aussi les autorités rabbiniques ont instauré une règle : si le Yom Yéroushalaïm (28 Iyar) tombe un vendredi (ce qui est mathématiquement rare), il sera avancé au jeudi afin de ne pas risquer d’enfreindre le Shabbat.

C’était notamment le cas en 2009, et les calculs prévoient que ce le sera encore en 2023.

Pourtant en cette année 2020, les autorités rabbiniques en Israël ont décidé de faire exception à cette exception ! En effet, compte tenu que l’ensemble du monde, et en particulier la population d’Israël, se trouve en confinement à cause de la pandémie de Covid-19, avec interdiction en Israël de faire des rassemblements populaires, il a été estimé qu’il n’était pas nécessaire de déplacer la date naturelle du 28 Iyar – vendredi 22 mai.

L’application CalJ, que j’ai commencé à écrire avec l’aide de D. il y a un certain nombre d’années (plus de vint ans sur le site Web, plus de 10 ans en version iPhone) prend en compte les règles de calcul établies depuis des siècles par les Sages, et depuis des décennies par les Rabbins en ce qui concernent les festivités plus récentes liées à la libération d’Eretz-Israël. Naturellement, la situation exceptionnelle de cette année ne pouvait être connue à l’avance, c’est pourquoi la version de l’app que vous avez en main indique la « mauvaise » date pour Yom Yéroushalaïm 5780.

Personnellement, je trouve assez dérangeante l’idée de faire exception à une exception rabbinique pour raisons provisoires d’ordre social, médical ou politique. En tant que programmeur, il m’est plus confortable de faire référence à des formules de calcul 😁

L’avenir (d’ici trois ans !) nous dira si cette exception exceptionnelle va redevenir la règle du Yom Yéroushalaïm du vendredi…

Shabbat shalom, et une très bonne fête de Libération de Jérusalem, qui sera j’espère bientôt complète, אמן.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *