Qui était (réellement) Chimchon!

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat   Nasso

 

La Haftara de cette semaine nous fait le récit d’un personnage connu dans l’histoire du peuple Juif, mais qui d’autre part fait l’objet d’un sujet très controversé, il s’agit de Chimchon (Samson) le puissant.

En effet, les Sages se sont exprimés à plusieurs reprises à son sujet, mais la conclusion de savoir s’il est considéré comme un ‘grand Tsadik’ aux yeux de la Thora reste floue.

Rav Pinkouss nous aide à mettre de la lumière sur cette énigme.

Le Midrach rapporte : «Lorsque Yaakov vit [dans sa vision prophétique] l’ampleur de la sainteté de Chimchon, il crut que c’était le Machia’h… Lorsque Yaakov vit qu’il mourut, il pria et dit : « J’espère et j’ai confiance en Ta délivrance. » (Fin de citation) Voilà donc que la grandeur de Chimchon était telle, qu’on le prit pour le Machia’h !

Les Sages rapportent aussi : « Le nom de Chimchon fait allusion au nom d’Hachem, comme il est dit : « ki chémèch oumaguène Hachem… », Chémèch faisant allusion à Chimchon. Les Sages disent également que Chimchon jugea le peuple d’Israël pendant quarante années de la même façon qu’Hachem juge le peuple d’Israël. Cela nous laisse penser que Chimchon faisait partie des ‘grosses pointures’ de l’histoire Juive…

D’un autre côté, le Talmud rapporte que Chimchon se laissa aller après la vision de ses yeux, et qu’il trahit son créateur avec ses yeux. Egalement, les sages disent que Chimchon, Gideon (Gédéon) et Ifta’h sont considérés comme des poids plumes comparés à Moché, Aharon et Chmouel.

Comment résoudre ces contradictions !

Commençons par le dernier enseignement. Quel est le sens du parallèle et de la dépréciation de Chimchon par rapport à Moché. On ne parle pas ici de la valeur personnelle et intrinsèque des individus. Cet enseignement vient juste nous apprendre que Chimchon, avec ses quarante années de jugement, ne fonda pas de continuité spirituelle pour le peuple d’Israël comme le firent Moché, par le biais de la Thora, Aharon, par le biais du Sanctuaire, et Chmouel par le biais de la royauté d’Israël, car c’est lui qui nomma et oignit le roi David. Par conséquent, en regard de l’action durable voir éternelle que représente celle de Moché et de Chmouel, celle de Chimchon fut ponctuelle.

Chimchon reçut l’ordre de manière prophétique de prendre pour épouse une femme de la communauté des Pélichtim. Pourquoi lui avoir donc reproché de s’être laissé emporter par le regard de ses yeux ? Pour comprendre cela, le Rav Pinkouss rapporte une explication du Rav Avramski Zatsal. Il demande : « Pourquoi la Thora a autorisé l’homme à prendre une femme non-juive lorsqu’il se trouve sur le front de guerre, ne faut-il pas combattre ses pulsions, et soumettre le mauvais penchant ? Il dévoile un concept fondamental. Combattre le mauvais penchant, dans la vision de la Thora, ne se fait que par la fuite, par la prise de distances, pas par un face à face. Comme le verset dit au sujet de Yossef : « … et il s’enfuit vers l’extérieur. » Or, le seul endroit où il est interdit de s’enfuir c’est le champ de bataille, comme le rapporte le Rambam : « il est interdit de s’enfuir d’un champ de bataille… » ; Par conséquent la Thora n’avait d’autre moyens que de permettre la femme captive non-juive, car la Thora n’ordonnera jamais quelque chose qu’il est impossible d’y faire face. (Fin de citation)

L’ordre Divin adressé à Chimchon de se marier avec une Pélichtite, n’était que dans le but de créer un trouble entre les deux peuples. Il ne lui était donc pas permis de tirer de profit personnel ni par le regard ni par le rapport.

Chimchon ne tira jamais profit du rapport, il n’entacha jamais le signe de la Brit Mila. Car s’il avait tiré profit ne serait-ce qu’une seule fois, il aurait perdu la sainteté et la force qu’il détenait. Il confronta une épreuve qu’aucun homme ne confronta sur terre, c’est pour cela qu’il s’appelle « le puissant ». Par contre, il tira profit du regard. S’il avait résisté à cette ultime épreuve, les Pélichtim n’auraient pas pu lui crever les yeux, et il serait devenu le Machia’h. Cette épreuve et ses conséquences n’étaient pas le fruit de son choix, mais lui ont été imposées.

Conclusion, Chimchon était un homme hors du commun tant par sa piété que par sa force, cependant son échec, infime soit-il, le priva de devenir l’Oint de D…, et d’amener la délivrance au peuple d’Israël.

Halakha : Le verre de la Havdala doit contenir au minimum un réviit. S’il ne contient pas cette quantité minimale, il est impropre à la bénédiction. On a l’habitude de remplir le verre jusqu’en haut, et de faire renverser un tout petit peu, en signe de prospérité pour la semaine qui débute. Il faut cependant faire attention de ne pas trop en renverser pour ne pas faire de gâchis.

 

Chabbat  Chalom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *