La Tsédaka,oui! Mais pas avec de l’argent sale…

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat Vayikra

 

Nous commençons cette semaine le Livre de Vayikra. Le sujet principal des premières Parachiot est celui des sacrifices. Effectivement, au temps du Beth Hamikdach, celui qui avait commis une faute devait amener au Temple un sacrifice expiatoire.

Le verset dit : « Un homme (אדם), lorsqu’il amènera un sacrifice à D…, etc…». Rachi s’arrête sur le terme de ‘Un homme’ (אדם), employé dans le verset. Voici ses propos : « Pourquoi le terme de ‘adam’ a été retenu par la Thora ? Pour nous apprendre que de même que adam harichone n’a jamais apporté d’offrande provenant du vol, puisque tout lui appartenait, ainsi, vous, enfants d’Israël, n’amenez pas d’offrande provenant du vol devant Moi. »

Chacun d’entre nous s’imagine bien qu’un homme qui amasse de l’argent de manière impropre, et des biens de manière illégale, et qui pense y faire avec de la charité, ne sera point crédité d’une Mitsva et d’une récompense, mais d’une réprimande, car cette dernière est considérée par les sages comme une ‘mitsva issue d’une avéra’ (מצוה הבאה בעבירה). Par conséquent cette Mitsva n’apportera pas d’agrément à D…, et cette richesse n’aura pas de fondement.

Cependant, Rav Pinkouss nous fait remarquer que dans les textes des Sages, la gravité de cet acte apparait comme beaucoup plus lourde. C’est-à-dire, qu’il est préférable pour cette personne qu’elle eut utilisé son argent pour s’acheter à manger et à boire, plutôt qu’elle ne vienne entacher les lieux Saints et Sacrés par un souvenir obscur que représente son offrande. Car en effet, cet argent qui est offert à Hachem, reste à tout jamais devant Ses Yeux. C’est-à-dire que de manière générale, une offrande apportée à D… dans le Beth Hamikdach, ou bien à notre époque dans une Synagogue, a la mission de symboliser un souvenir éternel d’apaisement et de sérénité devant Hachem. Par contre, si ce souvenir de paix se transforme en souvenir de colère et de rigueur, car il rappelle devant D… des manipulations financières malsaines, de actes de corruption et de vol, des malversations au regard du Droit de la Thora, cette mauvaise empreinte restera elle aussi gravée à tout jamais.

Les Sages rapportent à ce sujet dans la Guémara de Baba Kama page 94 : « Si quelqu’un a volé une séa (certaine quantité) de grains de blé, et qu’il l’a moulue, il l’a pétrie et l’a cuite, lui a ensuite prélevé la Hala, peut-il réciter la bénédiction avant de la consommer ? Cette bénédiction n’en n’est pas une, mais une insulte à D… ! En d’autres termes, il est préférable qu’il ne fasse pas la Bérakha, car la colère d’Hachem n’aurait pas été tellement grande contre lui. Mais maintenant qu’il récite une bénédiction, et qu’il oblige Hachem à écouter ses louanges et à se rapprocher de lui, que se passe-t-il ? Hachem fait monter sa bénédiction, souvenir de vol et de corruption, et la place devant Lui, donc son verdict s’aggrave.

Est-ce que quelqu’un penserait à offrir une Parokhète (rideau de L’arche Sainte) et à y graver « Offert par un tel qui a volé, trompé, et détourné des sommes d’argent… », Non ! Ainsi est son acte lorsqu’il offre des choses saintes, ou bien qu’il donne de la tsédaka avec de l’argent sale.

Qu’hachem nous aide toujours à être vigilant sur ce plan, et que notre Tsédaka soit toujours source de Sainteté et de sérénité, et qu’elle amène sur nous la Paix et la Délivrance, Amen.

Halakha : Dans la Amida d’Arvit de Motsaé Chabbat, on intercale le passage de Ata Honantanou dans la bérakha de Ata Honène. La raison pour laquelle les sages ont choisi d’intercaler ce rajout précisément dans la bénédiction d’Ata Honène est que pour différencier entre les jours saints et les jours profanes il faut se doter d’intelligence et de sagesse. Les Sages ont donc choisi le texte de la sagesse pour y insérer le rajout de la Havdala. Deuxième raison, car il est interdit pendant Chabbat d’implorer Hachem de répondre à nos besoins. Par conséquent, la bénédiction introductrice de nos besoins, qui est ata honène, est la mieux placée pour y insérer la Havdala, car dès lors, Chabbat se retire pour autoriser la demande de nos différentes implorations.

Chabbat  Chalom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *