La période de ‘Chovavim’

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat   Chémote

 

C’est rapporté dans les livres de la Kabala, que les semaines qui débutent depuis celle-ci et qui s’étendent sur les huit semaines à venir sont appelées ‘chovavim’. Le terme de ‘שובבים תת’, est en réalité composé et formé à partir des initiales des noms des huit Parachiot qui vont être lu au Séfer Thora durant les semaines à venir, à savoir :         שמות,וארא,בא,בשלח,יתרו,משפטים,תרומה,תצוה.

Cette période est connue pour être un moment propice pour purifier ses pensées et ses actions, et également pour se repentir sur les fautes commises en relation avec les plaisirs interdits et tout ce qui en découle.

Quel rapport existe-t-il entre cette période et le sujet de la pureté ?

Le Rav Pinkouss explique que le pays d’Egypte est appelé dans la Thora « Four purgatoire », car dans cet endroit le peuple d’Israël s’est purifié et s’est préparé à devenir le peuple d’Hachem. Ainsi, pendant cette période, chaque juif a la possibilité d’atteindre un niveau de pureté élevé, nullement égalé auparavant, et ceci, sans passer par les épreuves et les souffrances qu’ont endurées nos pères en Egypte, mais par le repentir et le remord ainsi que par les prières.

Les fautes commises en rapport avec les plaisirs, (en particulier la perte de semence, volontaire ou involontaire) sont la cause  de tragédies et d’accusations contre l’humanité. D’ailleurs, de grands Tsadikim se sont déjà exprimés à ce sujet, et ont constaté que beaucoup d’accidents et d’attentats sont en rapport avec la fracture des barrières de la Tsnioute, et la rupture  des murailles de la sainteté, et que malheureusement l’habillement discret et répondant strictement aux normes  des Sages devient de plus en plus rare.

Ces huit semaines ont l’aptitude et la force de purifier les êtres humains et d’exterminer tous les anges accusateurs dans le ciel. Beaucoup ont l’habitude de jeûner tous les jeudis pendant cette période, mais il est évident que l’essentiel n’est pas le jeûne, mais la prise de conscience et la décision de se prendre en main pour purifier son cœur et ses actes.

Une résolution significative dans ce domaine est la lecture de Chéma avant le coucher. En effet, les sages nous ont révélé que celui qui lit le Chéma avant de dormir est considéré comme s’il tenait une épée à double tranchant. Cette épée sert à détruire tous les démons et tous les accusateurs qui ont été créés par les fautes de l’homme et qui le menacent  pendant la nuit. Par conséquent la lecture du Chéma a une place extrêmement importante, car en lisant le Chéma ainsi que tous les versets de protection qui l’entourent, on évacue les mauvais esprits et les mauvaises créatures qui gênent l’être dans son service spirituel, et ceci aide l’homme à accéder à des niveaux de pureté plus importants.

Essayons de faire attention, au moins pendant cette période, de ne pas nous endormir avant d’avoir fait la lecture du Chéma, et si possible de ne pas nous endormir au milieu…. au moins pendant la période de ‘chovavim’ !

Halakha : Celui qui a oublié de mentionner ‘rétsé’ dans le Bircat de  Séouda Chlichite, et qui a déjà fini le Bircat lorsqu’il s’est rappelé, ou bien qu’il a déjà commencé la quatrième bénédiction, il ne recommencera pas, tant pis !

S’il s’est souvenu avant de commencer la quatrième bénédiction, il dira la bénédiction « baroukh chénatane limnouha etc… »  sans mentionner le nom d’Hachem, (pour les séfaradim.) D’après le michna broura, si le Chabbat n’est pas encore sorti, il dira cette bénédiction avec le nom d’Hachem, mais si le Chabbat est déjà sorti, il la dira sans le nom d’Hachem. 

 

Chabbat  Chalom

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *