Ce monde ressemble à un mariage !

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat  Tsav

Le Talmud enseigne dans le Traité d’Irouvine (page  54a) : Chmouel dit à Rav Yéhouda : « Chinéna (mon cher), hâte-toi et mange, hâte-toi et bois, car ce monde que nous allons quitter (après cent vingt ans) ressemble à un mariage. »

Les commentateurs demandent : Que signifie cet ordre de manger et de boire, est-ce que quelqu’un a une fois oublié de se nourrir ? Probablement qu’il s’agit d’un ordre spirituel, à savoir de manger et de boire les différentes Mitsvot. Mais cette Guémara reste encore difficile car Chmouel a comparé ce monde à un mariage, or ce bas monde a été comparé à beaucoup de choses, mais qu’il soit comparé à un mariage on n’a jamais entendu ! En quoi ce monde ressemble-t-il à un mariage?

Le Hafetz-Haïm explique que le monde est comparé plus précisément à une salle de mariage, et apporte une parabole. Un  homme vient d’emménager dans une nouvelle maison. Le soir arrive, et il observe que chez les voisins d’en face se déroule une fête. Une bonne musique se fait entendre, des gens entrent et sortent un sourire au visage, probablement un mariage se dit-il ! Chez nous les juifs il y a beaucoup de mariages, et ben Mazal Tov !

Le lendemain soir, ‘awèd’  la même histoire ! Traiteur, musique, les invités qui rentrent et qui sortent tous contents ! Il se dit : Ça doit être un Chéva-brahot. Un Chéva-brahot grand luxe ! Mazal-Tov !

Le surlendemain, il entend encore les festivités qui laissent croire à rien d’autre qu’un mariage. Il se dit : « Ce voisin doit avoir une grande famille, bli aïn hara, les fêtes ne se finissent jamais chez lui, mais à l’occasion je lui poserai la question. »

Quelques jours après, il rencontre le voisin d’en face. Il lui demande un peu étonné : « Vous devez avoir une grande famille, car tous les soirs bli aïn hara ça festoie chez vous !»

Le voisin lui répond : « vous n’avez pas remarqué que ce ne sont pas les mêmes personnes !  J’ai une salle de réception au-dessous de chez moi, et chaque soir se déroule un autre mariage. Celui qui a dansé hier ne dansera pas ce soir, et celui qui dansera ce soir ne dansera pas demain !

Le Hafetz-Haïm nous explique que ce monde ressemble à une salle de mariage, car chaque jour dans ce monde ce sont d’autres personnes qui dansent ! Celui qui a dansé hier ne danse pas aujourd’hui, et celui qui danse aujourd’hui n’est pas sûr de danser demain. C’est pour cela que nos sages nous recommandent de se hâter de manger et boire tant qu’on est encore dans la salle, car demain on n’est pas sûr d’être invité…. !

Ce monde passe tellement vite, disent nos sages, que si on ne s’acharne pas pour faire les Mitsvot cela sera rapidement trop tard. Un homme veut étudier, il se dit je suis épuisé, demain…. Il a de l’argent, il se dit : «Plus tard, quand j’aurai vraiment les moyens…. »

Hâte-toi de manger, hâte-toi de boire….

Halakha: Si on a oublié de mentionner le passage de ata honèntanou dans la Amida, on ne recommence pas, car le rattrapage est possible avec la Havdala. De même si on a oublié de mentionner le passage de vatodiénou le motsaé chabbat qui précède un yom tov, on ne recommencera pas la Amida , car on pourra le faire dans le kidouch  du yom tov.

Chabbat Chalom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *