Un bien pour un bien

Facebooktwitterlinkedinmail

Parachat Vayéchèv

 

La Thora nous décrit au début de la Paracha le climat et les raisons qui ont entrainé la vente de Yossef par ses frères. Même si leur haine était cultivée par la préférence que Yaakov portait pour Yossef, le principal déclencheur de la tragédie fut la confection de la tunique faite par Yaakov en preuve d’amour à Yossef.

Le Talmud dit à ce sujet dans la Guémara de Chabbat : « Un homme ne doit jamais faire de différence entre ses enfants, car à cause de la petite quantité de soie que Yaakov offrit à Yossef en plus de ses frères, ces derniers le jalousèrent, et les choses se déroulèrent jusqu’à ce que nos pères descendirent en Egypte et furent asservis. »

Comment, à priori, la Guémara peut-elle faire dépendre l’exil d’Egypte dans l’acte de la tunique, voici que le décret d’asservissement en Egypte fut décrété bien avant, dans l’alliance de ‘Ben Habétarim’ entre Avraham et Hachem, comme c’est écrit dans le texte : « …Car ta descendance sera exilée… » ?

Les Sages sont venus en réalité nous apprendre un fondement essentiel dans notre Emouna. Les Sages n’ont jamais pensé que la surenchère de Yossef par la tunique fut la raison de l’exil, mais leur réflexion était la suivante : Les Béné Israël devaient à tout prix descendre en Egypte. Mais cet exil aurait pu se dérouler de plusieurs façons. Pourquoi la préférence de Yaakov pour Yossef et la confection de la tunique furent des motifs qui contribuèrent à réaliser ce mauvais décret ?

De là nous apprenons la règle qui dit : « On fait obtenir du Ciel une récompense (à une personne) par une (autre) personne méritante, et on envoie une punition (à une personne) par une autre personne indigne.(מגלגלים זכות על ידי זכאי, וחובה על ידי חייב)

Ce qui veut dire que lorsqu’Hachem cherche à récompenser une personne, Il le fait par le biais d’une personne déjà méritante, et lorsqu’Il vient punir un individu, Il fait passer la punition par une personne déjà débitrice spirituellement, qui a donc déjà fauté.

Par conséquent, les Sages nous enseignent que si Hachem a choisi d’écrire l’histoire de la descente en Egypte au travers de la jalousie des frères de Yossef, et au travers de la confection de la tunique de Yossef, c’est pour nous apprendre que cet acte était considéré comme négatif à Ses yeux, et c’est pour cela qu’Il a fait intervenir un décret douloureux par le biais d’un acte qu’Il n’identifiait pas comme positif.

Pourquoi Yaakov a-t-il agit de cette façon, avait-il besoin que les sages viennent lui apprendre cela ?

Rabbi Simha Zissel explique qu’il a suivi les enseignements de la Guémara de Chabbat qui disent : « Pourquoi est-ce que les Sages de Babel se vêtissent d’habits ostentatoires ? (la Guémara répond) Parce qu’ils ne sont pas de vrais Sages. Ils essaient donc de faire valoir leurs connaissances par l’aspect de leurs habits. »

On trouve cette idée également dans l’appellation des Rabanim. Les Prophètes ont toujours été appelés par leur prénom : ‘Chmouel, Eliahou, Ycha’ya…’. Les Patriarches pareil : ‘Avraham, Itshak, Yaakov …’. Les Sages enseignent : « Rabbi est plus respectable que Rav, Rabane est plus respectable que Rabbi, le prénom est plus respectable que Rabane… »

Yaakov avait la volonté de dissuader les frères de jalouser leur frère. Il lui confectionna une tunique dans l’idée de montrer que sans l’habit Yossef n’avait pas de grande valeur. Mais les frères avaient compris que derrière cette mise en scène, leur frère était loin d’avoir besoin d’un costume pour le mettre en valeur, et que l’amour que leur père lui portait était plus grand que celui qu’il leur portait.

Halakha : Certains ont l’habitude de préparer un plat supplémentaire au repas de Chabbat lorsque Roch Hodech tombe un Chabbat.

Lois du Bircat Hamazone de Chabbat

Dans le Bircat hamazone on rajoute (dans la troisième bénédiction) la mention de ‘rétsé’.

Si on a fini le Bircat et qu’on a oublié d’introduire la mention de ‘rétsé’, on reprendra le Bircat à son début. Si on a un doute, si on a mentionné rétsé ou non, on refera également le Bircat, car les sages estiment qu’on a du probablement oublier. Ces lois sont valables pour les deux premiers repas de Chabbat.

Chabbat  Chalom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *